« J’ai dévoré ce livre qui mêle la grande histoire à la petite, dans un contexte dont on n’avait pas forcément connaissance. Chaque personnage est poignant, et puis la présence permanente du jazz et de Glenn Miller crée comme un fond sonore durant la lecture ! J’ai d’ailleurs complété mon répertoire musical avec beaucoup de plaisir. ».

Laurence, Lectrice Babelio

***

Un livre qui nous plonge dans une époque dure raconté avec élégance et sensibilité. Sans ressentiment et avec toujours l’espérance présente dans les personnages de cet ouvrage. Des personnes qui deviennent des modèles à imiter! Bravo Chris Angano .

AnnaRosa

***

Cela fait un bout de chemin que Chris Angano m’emmène à travers ses romans historiques dans la campagne normande en narrant l’histoire de son arrière grand mère Clara en 1944 … Cette année là en 44 ….Avec L’harmonica, le trombone et le parapluie, d’autres faits se dévoilent …. Quand je lis ses paragraphes , ses lignes , ses mots … Chris Angano a ce don de nous poser au centre de l’action que ce soit dans un village , un bois, une maison , autour d’une table avec des personnes auxquelles que l’on se prend d’affection presque instantanément… . Je fais ce que j’appelle une pause page… En fait , sans vouloir être indiscret ,je me trouve avec ces personnages , que je prends le temps d’écouter , d’observer … Il en est de même pour cet environnement si bien décrit par Chris Angano , ici un bois, ici un hôtel ,avec vue sur l’aiguille d’Etretat …Et puis …. Et puis ces notes de musiques d’un harmonica , d’un trombone …C’est Glenn Miller ! Page après page … On se laisse bercer … ET là , tout est dans le secret d’écriture de notre auteure , une note plus aigue , une note plus grave … Pluie de mots qui font des maux, pluie de notes de musique zazou… Une forme de résistance qui donne ce sentiment de liberté … Une histoire de parachute , de parapluie … Qui comme ce roman de Christelle Angano ont cette grande valeur … Quand ils sont ouverts ..

Michel Lucas

***

J’ai bien apprécié et Eveline aussi ton dernier bouquin, le meilleur à mon humble avis que tu aies écrit, bises !

Philippe Morel

***

Un magnifique roman ! J’ai eu la chance de découvrir ce livre et son auteur lors du salon du livre de Caen, et pour célébrer le 80 ème anniversaire du débarquement, c’est vraiment Le roman idéal. Des personnages charismatiques, beaucoup d’émotions dans chacune de ces lignes. J’ai vraiment adoré !

Christine (babelio)

***

J’ai rencontré Christelle Angano au salon du livre à Caen et j’ai acheté son livre car elle me l’a particulièrement bien vendu ; avec beaucoup de charme , de sourires et de passion. J’ai beaucoup aimé ce livre ; l’histoire est nostalgique et tendre . C’est très agréablement écrit .Ce fut un moment très agréable cette lecture .Merci à elle . Je lui souhaite du succès et l’inspiration pour de nouveaux livres .

Alain (babelio)

***

Des objets symboliques de l’histoire ont donné son titre au 4ème roman de Chris Angano, derrière lesquels se cachent des personnages attachants, et attachés à la musique, qui donne de la légèreté à un contexte de guerre douloureux. Peter Gordon, Emily, entre autres, ont connu le DDAY, et nous apprennent ici comment, à certains moments, on pouvait préserver de la joie de vivre, et des valeurs d’humanité et d’amitié.

Comme toujours chez l’auteure, flotte un parfum doux et apaisant, même / surtout, pour parler de sujets graves ou sérieux, une mélodie apaisante des mots, qui porte ici surtout de la nostalgie. Rien n’est pesant, au contraire, dans l’évocation de ces destins contrariés, ou malmenés, de ces vies un peu solitaires après avoir été solidaires, de ces amours ou amitiés qui ont trop attendu, mais qui sauront, peut-être, se retrouver, avant le grand saut.

Une lecture agréable, donc, malgré le thème du DDAY vers lequel je ne serais pas allée spontanément, si ce n’est par confiance en l’écriture de réconfort de l’auteure dont j’ai lu nombre de livres. Il est émouvant aussi de savoir que Christelle réinvestit ou reconstruit une histoire familiale personnelle, puisque Clara, son arrière- grand-mère résistante, revit à travers Emily.

Hongrie (babelio)

***

Allez-y, (À Étretat) vous découvrirez des romans bien écrits relatant une partie de la vie de personnes chères a l’auteure, surtout une qui a agi et résisté à l’ennemi dans votre région. Son dernier, L’harmonica, le trombone et le parapluie termine un cycle, si on a lu les précédents, on y trouve des petits clins d’œil. Je n’en révèle pas plus, il faut lire. Chris Angano a aussi écrit Les Fleurs du Lac, un roman merveilleux sur les femmes et la solidarité qui existe entre elles face à l’indicible. Plus intime avec De vous à moi, la souffrance et la volonté d’être entendue d’une mère.

J’en passe, mais Chris Angano est sur place pour vous en dire plus sur ses ouvrages à découvrir sans tarder ! Alors foncez à Etretat !

Jackye (babelio)

***

 Après la lecture de la première page pris par la fiction on ne peut pas le refermer et on regrette que livre soit terminé. En cette période difficile ou souvent le pessimisme prend le pas sur l’optimisme, ce roman nous emmène sur des chemins inconnus et nous espérons que cette quête vers un amour impossible trouvera une fin heureuse. J’avais aimé le livre précédent, j’apprécie celui-ci, j’attends déjà le suivant avec impatience. 

Michel

***

Ce roman nous plonge en plein débarquement au rythme du swing de Glenn Miller. Nous découvrons des personnages, tous attachants : Peter Gordon, le parachutiste britannique, Fanfan la mouche et ses parents, Emily la résistante… L’auteure rend ainsi hommage à son arrière grand-mère Clara qu’elle nous a présentée dans son ouvrage Une Lumière dans la nuit (Éditions de la Rémanence).
C’est à Étretat (où on a le bonheur de retrouver Julie Anne, personnage central de la Fugue de Julie Anne), que Peter des années plus tard, raconte son DDAY à Colette et Léo. Un besoin de transmettre, de raconter : la guerre, une France divisée mais aussi une d’amour hors du temps.
J’ai aimé ce livre tout comme j’ai aimé le Fugue de Julie Anne, publié également chez In Octavo.

Emmanuelle (babelio)

***

C’est un joli roman, bien écrit, riche d’anecdotes, de références historiques et musicales. Le plaisir de lecture est évident. le roman est dense, intéressant et nostalgique.

Claire

***

C’est une belle histoire, avec des personnages attachants. L’écriture est tout en douceur, délicate, presque poétique.

Geneviève

***

Comme un rêve inaccessible, l’auteure nous entraine dans le cheminement d’un amour impossible.

Christine

***